2021 : une pop année, une année pour prendre soin de soi et des autres.

2021 : une pop année, une année pour prendre soin de soi et des autres.

2021 : une pop année, une année pour prendre soin de soi et des autres. 

Belle et pop année 2021

Bonne année 2021 !

Chère amies, chers amis

Une nouvelle année commence, mais comme pour nos anniversaires, ce n’est juste qu’un passage symbolique qui permet de faire un bilan et de penser à des vœux pour cette année qui arrive. Celle qui vient de s’écouler restera éprouvante pour nous tous. Certains ont connu de grands drames, d’autres de grands bouleversements qui mettent à mal, et d’autres encore, de belles découvertes ou des changements qui amènent à une autre conscience, voire à d’autres joies.

L’année qui arrive sera tout aussi éprouvante, et nous devons nous y préparer. Plus jamais nos vies ne seront comme avant et personne ne sait ce qu’elles seront. Les crises que nous traversons marquent un grand changement de société et se voiler la face serait s’exposer à des déceptions. Alors, que faire de cette expression : « c’était mieux avant » ou « vivement qu’on retrouve notre vie d’avant… » ?  Peut-être simplement penser à ce qui a été réellement important dans la vie d’avant, à ce que nous voulons continuer à chérir et voir si cela fait sens ? Quelles valeurs voulons-nous préserver pour construire les années qui viennent ?

La partie de la tête arrière de Janus regarde et dit :
« Mais au fond, qu’est-ce qui était mieux avant ? »

Avant, tout juste avant, à la minute d’avant, n’était-ce pas une vie de consommation au mépris de la Nature et de l’écosystème qui nous donne la vie ?
Avant, tout juste avant, de notre vivant, n’était-ce pas beaucoup d’injustices sociales, raciales, genrées, qui arrivent aujourd’hui à un nouveau paroxysme de violence ?
Avant, juste avant, et tellement encore maintenant, n’était-ce pas le rejet de l’autre ? N’était-ce pas la pratique de la dualité ? Tu es comme moi ou tu n’es pas comme moi … Sans écoute de la source des souffrances de l’autre ? Sans entre deux, ce qui crée : tu es avec moi ou tu es contre moi…
Avant, oui juste avant, et spécifiquement cette année, n’était-ce pas le temps des mensonges et des trahisons à un tel point que nos réactions se posent aujourd’hui en défiance et nous font oublier le pouvoir magique de la confiance ?

Et si tout cela pouvait rester dans le « c’était avant » ? Parce que sincèrement, était-ce vraiment mieux  avant ?
Ici, à Question de Cœur, cet avant avec son lot de divisions, nous n’en voulons pas. C’est clair.

La partie tête avant de Janus regarde et rêve…

A l’image de la nature, elle rêve à un écosystème où tout ce qui est vivant reste au centre de nos préoccupations. Un monde éco-citoyen. Un monde pop.

A l’image de la philosophie stoïcienne de Marc Aurèle, ou de l’impermanence du bouddhisme ou de celle de la beauté et de la complexité du Grand Tout selon François Cheng , auteur que j’aime particulièrement,  le bien et le mal sont indissociables et servent de révélateur l’un par rapport à l’autre. Ensemble, ils permettent d’oeuvrer à l’équilibre et nous avons le choix de nourrir la partie en nous que nous souhaitons valoriser en lui donner du sens. C’est peut-être cela aussi le fameux défi citoyen, le pop défi .

Ici, nous cherchons à avancer vers plus d’humanisme, sans rejet, mais avec reconnaissance de l’importance de chaque force dans chaque cœur. Même blessé, surtout vulnérable ! Merci encore à Samy Kallel qui a mis l’accent dans notre dernière conférence sur l’importance de la vulnérabilité, de sa mise à nue lors d’une crise, pour en faire jaillir toute sa puissance et sa beauté. La vulnérabilité permet une transformation de soi. Elle permet l’expression de la liberté et l’amour.

Nous avons vécu 2020 comme une année de privation.
Derrière les apparences, que veut dire le mot liberté ?

Faire ce que l’on veut quand on veut  ou se détacher des codes sociaux et d’apparence qui nous aliènent ? La liberté nous appelle à un double choix : celui d’avancer et celui de choisir la façon d’avancer vers une vie de responsabilité. De sortir des assistanats et des aliénations.

Les arts & la culture dans tout ça.

La culture est là pour cela. La culture fait du bien, la culture nourrit notre curiosité, elle est curative. Savez vous que ces deux mots ont la même éthymologie ? Soigner ce qui est blessé. Soigner pour retrouver la confiance et découvrir la liberté pour tous.

Sur le sujet de la culture curative, je vous invite à lire in POP we trust, un livre de la philosophe Marianne Chaillan qui démontre entre autre, comment la pop culture décrié pour son côté divertissant permet aussi un développement personnel.

Les arts et la culture, et c’est notre crédo à Question de Cœur, nous aident à marcher sur la voie de l’humanisme, cette voie du juste milieu souvent silencieuse. Sortir de la dualité où la pop culture a la même place que la culture d’élite et relier ces formes expressions aussi inspirantes, lumineuses ou joyeuses soient-elles pour que toutes les voix citoyennes humanistes rayonnent à travers le monde. Sans fracas.

Les arts et la culture apportent une conscience de toutes les lignes subtiles, hautes ondes vibratoires, qui circulent dans la zone grise entre le bien et le mal. Adogmatiques, elles suscitent le désir et ouvrent les sens et les émotions pour tous.

Une culture de curiosité, une culture à vertu curative.

Plus que jamais, à Question de cœur, et parce que 2020 a été très éprouvant, pour certains plus que d’autres, et cela n’est pas fini, nous croyons et nous oeuvrons à la fraternité, à la sororité et à la solidarité. Nous avons choisi de vous proposer une culture de curiosité, une culture à vertu curative pour que chacun en tire ce qu’il le souhaite.
Voici des œuvres, des sites et des actions artistiques qui nous font du bien, qui ressourcent les cœurs et les âmes, les éclairent pour mieux les relier les uns aux autres .

2021 est là, avec délicatesse, je vous souhaite le meilleur. Cette année, je pense que la subtilité sera de mise. Belle année et pour cela, ensemble prenons soin de nous et des autres.

Anne Dörr

Anne Dörr

Fondatrice & Autrice @ Question de Coeur

Raconter le monde, le mettre en lumières sous l’objectif des caméras ou à travers l'association Question de Coeur, voilà mon parcours d'autrice-réalisatrice depuis 30 ans.

Nos reco’ culturelles & bien-être

Tchin Tonic - Podcast apéro Isabelle Layer
 

TCHIN TONIC, l’apéro-podcast gorgé de solutions positives et constructives.

Les questionnements sur notre société en mouvement ne manquent pas, mais le temps des apéros pour en parler entre amis, si ! Isabelle Layer et Julien Gault, deux amis, ont décidé de recréer ce moment convivial dans un podcast et vous invitent à échanger avec eux dans une ambiance joyeuse et enrichissante. 

| TALIVERA |
Le bien-être grâce à la culture

Un concept innovant d’expériences culturelles, expositions & ateliers interactifs et intimistes, en vue d’optimiser notre bien-être. 

A l’ère du trop-plein d’informations, TALIVERA donne la voix à ceux qui veulent vivre la culture autrement et se reconnecter aux autres en proposant des ateliers, sorties culturelles et activités aussi bien en présentiel qu’aux travers d’e-café innovants et expérentiels. Sa vision éclectique du bien-être et de la culture nous plonge dans des expériences culturelles immersives, en petit comité, dans un espace d’échanges. L’occasion de nous ressourcer pour en ressortir inspiré et davantage passionné. 
Tchin Tonic - Podcast apéro Isabelle Layer

5 méditations sur la Beauté
– de François Cheng

Le titre est aussi clair que le livre est limpide. Ce petit essai d’une centaine de pages essaye de répondre à nos interrogations sur la beauté, non en en donnant une définition, mais en lui donnant du sens. En dévoiler plus ici serait dommage tellement l’auteur, François Cheng, le fait avec délicatesse, en vous emmenant en voyage.
Si je vous en parle ici c’est justement une invitation à ce voyage.

Le Blog coup de coeur :
« Les petites annonces de Marine »

Les petites annonces de Marine, part d’un principe simple. Vous avez envie de quelque chose ? Vous avez besoin de mettre en avant ce que vous faites ? Rendez vous sur ce site et recevez la newsletter chaque dimanche. On y retrouve les rubriques qui nou ont chers : culture, bien-être, mais aussi la vie pratique … Les petites annonces de Marine, c’est un partage de bons plans via un réseau d’entraide.  Comme le crieur public, c’est un media vivant qui diffuse de l’information et permet d’exprimer vos envies, vos besoins, vos idées et vos coups de cœur. Il est entièrement participatif. Vous avez quelque chose à proposer, vous en parlez à Marine.

Documentaire coup de cœur :
« La mer est ma muse »

Un documentaire qui nous emmène à Saint-Pierre et Miquelon à la rencontre d’artistes de l’archipel. Ils sont peintres, photographes, chanteurs et tous racontent la mer, leur mer qui les inspire tant. Ces portraits nous transportent dans un autre monde, celui où la puissance des éléments tranche avec l’humilité des artistes qui n’hésitent pas à se livrer à cœur ouvert. Un moment dépaysant et intime qui fait du bien.

Suivez-nous Question de Coeur sur les réseaux sociaux !

Retrouvez toute l’actualité Question de coeur sur Facebook !

N’hésitez pas à partagez vos coups de coeur sur notre page Facebook Question de coeur ou notre groupe Facebook Question de coeur.

Question de coeur Facebook

Voir autrement, une vision à 360°

Voir autrement, une vision à 360°

Voir autrement, une vision à 360°

Par Anne Dorr et Samy Kallel

Avec les crises que nous traversons en ce moment, si une autre façon d’avancer se proposait à nous ? Et si justement cette route prenait une autre forme ?

Voir autrement - Anne Dorr & Samy Kallel

Alain Souchon chantait déjà en 1993

On avance, on avance, on avance
C’est une évidence
On a pas assez d’essence
Pour faire la route dans l’autr’ sens
On avance

On avance, on avance, on avance
Tu vois pas tout ce qu’on dépense On avance
Faut pas qu’on réfléchisse ni qu’on pense
Il faut qu’on avance

Ces paroles, nous les fredonnons tous pour nous donner de l’espoir.
Avancer oui, mais comment ?

Les crises successives et leurs paroxysmes aujourd’hui nous invitent à poser un autre regard sur la route Avenir.  Avancer oui mais comment ? Tout droit ? Toujours tout droit ?
Et si justement cette route prenait une autre forme ? Ou plutôt, avec les crises que nous traversons en ce moment, si une autre façon d’avancer se proposait à nous ? Avec à la fois, une vision plus centrique et sphérique ? Nous partirions bien d’un point central, d’ancrage, notre point de présence, pour élargir notre vision au delà du centre, l’amener à une vision périphérique pour dessiner ensuite un axe sphérique le plus loin possible.  Une vision à 360 °.

Nous entendons régulièrement cette phrase, nous la prononçons aussi : les mauvaises nouvelles viennent de partout. Les crises s’annoncent ouvertement au pluriel maintenant : crise sanitaire, crise économique, crise sociale, crise culturelle et idéologique, crise écologique etc,  et montre bien la complexité du problème.
La complexité aborde bien l’idée de multi-entrées.

Pourquoi passer par la vision périphérique ? Qu’entendons nous ici par la notion de périphérique ? Tout en tenant compte du point central, c’est regarder  posément ce qu’il se passe autour de nous.  Comment une action partant du ‘’moi je’’ peut avoir des réactions périphériques. L’effet papillon comme on dit… Pour le meilleur et pour le pire.

Regarder tout autour de nous, à l’image de la force de notre planète, c’est ressentir et prendre en compte que nous sommes tous reliés ensemble, et plus que reliées,  nos actions sont interconnectées les unes aux autres. Elles créent un réseau d’énergie insoupçonnable en multi-dimensions. 

Comment avoir une vision 360?

Tout, dans ce temps de confinement d’automne nous invite à sentir le point central, ce point de contact pour faciliter le mouvement de rotation de la tête, pour regarder de part et d’autre les beautés du monde hors sentiers battus et d’y découvrir la force,  la puissance et le sens.  

  • Passer par la quête de sens.
    La quête de sens se passe par les trois définitions du mot sens : les 5 sens sensoriels, le sens directionnel et le sens de la signification.
    Notre quête de sens inclue par principe ces 3 définitions avec une approche globale qui confirme cette vision centrique et sphérique que nous portons aujourd’hui qui permet de se connecter à la beauté des pas de côté hors des chemins tracés.  
  • Accueillir  avec les sens sensoriels.
    Tels des danseurs comme les Dervichs tourneurs, plus nous sommes ancrés dans notre base, plus nous pouvons virevolter autour.
    Notre corps, guidé par les 5 sens, nous informe. Il nous nourrit de ses informations et en retour,  nous le nourrissons pour une bonne santé pour sa bonne marche. Plus nous sommes dans un état de calme, plus profondément nous pouvons aller dans cette source d’informations inépuisable.
  • S’ouvrir au sens directionnel par le cœur.
    Ces derniers temps, les peurs croissantes, l’étau des bonheurs anciens se refermant sur une vision auto-centrée, nous sommes face à des comportements de compétitions alors que les besoins sont à l’ouverture de cœur, à l’entraide et à la solidarité. Chaque compétition, aussi petite soit-elle inclue le rejet, la division et la perte d’énergie. Même si nous  pouvons comprends la peur de celui ou celle qui agit comme cela par peur de perdre son pouvoir, elle détruit.  Ce regard porté par le ‘’moi d’abord’’, est douloureux pour tout le monde ; pour celui qui le porte par l’énergie qu’il doit déployer pour rester le maître et écarter les autres, comme pour ceux qui, devenant impuissants,  auraient pu apporter un complément.Le collectif reste la force essentielle et centrale du vivre ensemble, cela passe par diriger son écoute vers l’extérieur. La reconnaissance est le premier acte de la fraternité.Trouver ce chemin par le cœur. Le cœur est le seul signal qui permet de sortir de ses certitudes. A ce stade, son langage peut-être mystérieux et va souvent au delà des mots, il a besoin du langage symbolique.

    L’art est l’expression symbolique de notre vie : expression de tout ce qui est inconnu, des peurs et de l’incertitude. Expression aussi d’un moment d’étouffement, d’un passage étroit qui contraint, mais qui permet l’ouverture ensuite.
    Ces graines qu’on reçoit permettent la création.

    Si ici nous portons l’art comme une valeur fondamentale, c’est parce qu’il articule ce qui est difficile d’articuler par la raison et ouvre à l’altérité. 

  • Développer le sens de la signification.
    C’est ici que nous entrons dans l’importance de la réflexion et de la raison. Ce sens ne peut se faire que par le passage aux deux autres sens auparavant. En partant du centre sensoriel,  en s’ouvrant aux autres par le cœur et son langage, on développe l’esprit critiquequi peut amener à l’esprit de discernement, qui est indispensable à la construction d’une matrice humaniste où l’altruisme devient la pierre angulaire pour le  collectif.
  • Et embrasser le monde.
    Embrasser veut bien dire encercler de ses bras. Ramener dans un centre.  Dans notre monde où nous parlons maintenant de systémique, du fait qu’un sujet est un ensemble complexe d’interactions, le regard ne peut que se porter sur 360°. Cette vision  amène un sentiment de patience et d’empathie. Et que dire du bien-être, du réconfort qu’apporte une embrassade…La vision à 360° amène à une vision du coopératif. Elle part du cœur, suit son chemin alambiqué,  pour embrasser le monde ! La nature nous le dit encore et encore ! Elle sait que tout est relié et fait sens. Avec les crises et les catastrophes climatiques qui se succèdent, elle nous demande aujourd’hui, plus que jamais de voir, de sentir au plus profond de nous la vision du coopératif.

« Il n’y a de vraie joie que dans notre présence au monde et dans la saisie de tout ce qui est encore vivant, puissant, persévérant même au cœur du malheur »

– Baruch Spinoza – (Amsterdam 1632 – La Haye 1677).

A bientôt sur Question de Coeur,

–  Samy Kallel et Anne Dorr – 

 

Suivez-nous Question de Coeur sur les réseaux sociaux !

Retrouvez toute l’actualité Question de coeur sur Facebook !

N’hésitez pas à partagez vos coups de coeur sur notre page Facebook Question de coeur ou notre groupe Facebook Question de coeur.

Question de coeur Facebook

Traversons la crise ensemble

Traversons la crise ensemble

Ensemble, traversons la crise !

Par Samy Kallel et Anne Dorr

La crise :
Ce mot que nous entendons tous les jours et plusieurs fois par jour,  nous met en tension. Il suscite de grandes inquiétudes et touche pour la première fois absolument tout le monde sur notre planète.

Que veut dire le mot crise exactement ? Qu’insinue t-il à l’intérieur de nous et à l’extérieur ? Comment vivre lorsque nous sommes en crise ? Peut-on envisager une lueur d’espoir ? Comment, ensemble,  traverser une crise ?

Narcisse - Toi tu te tais

Commençons par quelques définitions étymologiques.

 

Krisis en latin c’est la phase décisive d’une maladie, celle où tout va basculer. Allons-nous guérir ou mourir ? En grec Krinein veut dire décider, juger. Dans les deux cas,  le sens premier de « crise » est de séparer le bon grain de l’ivraie, et ce terme renvoie à une racine indo-européenne krei : passer au crible.
Ce que l’on peut dire c’est que  le mot crise correspond à un moment clé,  un moment charnière, un entre deux mondes où en quelque sorte, « tout doit se décider ».

 

Crise en hébreux se dit Machberet le sens est double. Il veut dire crise mais aussi table d’accouchement.
Symboliquement, nous allons retenir cette image et voir comment nous pouvons passer d’une matrice à une autre.

 

Comment passer d’un système ou d’un univers qui nous structure et permet un développement à un autre? Par quelle pensée ?  Et comment cette pensée peut-elle être modifiée ?

 

Au début  de chaque histoire de crise, nous sommes dans une matrice connue et surtout que l’on reconnaît comme une zone de confort.
Si nous reprenons l’image de l’accouchement, revenons sur les étapes.
Le bébé est dans un univers agréable que l’on pourrait qualifier de zone de confort, l’utérus. Puis il arrive un moment  où ce petit-être doit changer de matrice pour se développer.  L’ancienne ne lui convient plus, mais lui ne le sait pas.
C’est pourtant lui qui va envoyer le signal, et la nature étant bien faite, elle provoque une secousse pour le faire bouger, une contraction. Le combat commence. Le corps et la matrice entrent en dynamique.  Sans en avoir de souvenir précis, tous les scientifiques s’accordent pour dire que ce moment, ce passage,  va être violent et bouleversant.
Ici, par la dynamique des contractions,  le col de l’utérus s’ouvre de plus en plus et arrive le moment du passage. Le bébé est engagé dans une nouvelle matrice temporaire et inconnue dans laquelle il va vivre des émotions qui vont toucher son inconscient comme la peur, la terreur même. La dynamique et le combat continuent parce que le chemin continue.

 

Des alternatives ?

 

Non, le bébé n’a pas le choix. Soit il reste dans les matrices précédentes et il meurt étouffé, soit il bouge, et ne peut alors échapper à l’angoisse.
A la sortie, le voilà plongé dans une nouvelle matrice qui lui demande une profonde adaptation. Il quitte un milieu liquide pour un milieu aérien. Il doit se nourrir par la bouche et non plus par un cordon.

 

La nature est remplie d’image d’êtres vivants qui vivent une transformation ou une mutation et ces images constituent notre langage symbolique d’aujourd’hui . Nous pensons tous à la chenille qui devient papillon en se débarrassant de sa chrysalide. Quant au homard, en abandonnant sa carapace, le voici un moment nu, fragile, vulnérable jusqu’à ce que sa nouvelle peau se constitue en carapace.

 

Dans une nouvelle matrice, tout est à reconstruire…

 

Arrêtons nous à ce moment du passage, celui que nous vivons actuellement. Il est douloureux.  A quel endroit du passage chacun d’entre nous se sent  aujourd’hui ? Dans le deuxième, où l’on sent que tout bouge et où on n’ose pas s’engager dans le col ? Dans le col ? au début du nouveau monde ? Nos avis diffèrent là dessus, chacun avançant à son rythme suivant sa constitution. Mais nous sommes pratiquement tous d’accord pour constater que nous passons à quelque chose de nouveau.

 

Pour certains, ne serions-nous  pas dans ce moment où ce qui est caché apparaît, ne serions-nous pas dans le clair obscur d’Antonio Gramsci ?

 

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde  
tarde à apparaître, et dans le clair-obscur, surgissent les monstres »
Antonio Gramsci 

 

Les monstres ne manquent pas.  Leurs ombres planent au dessus de notre société faisant fi des règles du vivre ensemble et faisant dire que la période que nous vivons est apocalyptique.
Si dans l’inconscient collectif, l’apocalypse veut dire la fin du monde, il signifie aussi révélation.  Qu’est ce qui va se révéler à nous ? Qu’est ce qui s’est révélé pendant le confinement ? Notre lien avec la nature ? L’émerveillement de voir le printemps ?
Si personne n’a la solution salvatrice et pérenne aujourd’hui, il y a cependant des pistes et des lueurs d’espoir qui s’ouvrent à nous. Parmi elles, à Question de cœur, nous avons choisi celles des prises de conscience personnelles, de notre potentiel d’adaptation et de créativité par le chemin du cœur.

 

Le cœur et le courage qui en découle pour vaincre les monstres, peuvent nous conduire à un nouvel équilibre entre ce que nous savons et ce que nous ne savons pas,  ils peuvent nous guider dans ce clair-obscur, créer un trait d’union entre les sciences et les émotions.

 

Comme le dirait Anna Arendt « une crise, c’est un face-à-face inédit entre soi et les choses essentielles qui sont d’habitude recouvertes sous les idées toutes faites et les préjugés. »

Comment traverser la crise ensemble avec courage ?

Question de cœur vous invite à la première conférence en ligne avec Samy Kallel, co-auteur du livre « Le leadership du coeur » et du roman « Viens voir la vie autrement », pour revenir avec lui sur le sens de la crise. Inscrivez-vous dès maintenant pour notre webinaire « Ensemble, traversons la crise » le mardi 6 Octobre 2020.

 


–  Samy Kallel et Anne Dorr – 

 

Webinaire avec Samy Kallel - Ensemble traversons la crise

Suivez-nous Question de Coeur sur les réseaux sociaux !

Retrouvez toute l’actualité Question de coeur sur Facebook !

N’hésitez pas à partagez vos coups de coeur sur notre page Facebook Question de coeur ou notre groupe Facebook Question de coeur.

Question de coeur Facebook

5 belles aventures créées sans contact peut-être, mais pas sans lien !

5 belles aventures créées sans contact peut-être, mais pas sans lien !

5 belles aventures créées sans contact peut-être, mais pas sans lien !

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait »

– Mark Twain –

Le 11 Mai, on déconfine ou on reste confiné?

Pour beaucoup d’entre nous, ce conflit absorbe nos pensées. Sortir ou pas sortir ? Cette question ressemble à une balle de tennis en plein match.  Elle passe dans chaque camp, celui du oui, celui du non, chaque rebond apporte son lot de ‘’oui mais’’ …

Les adeptes du non brandissent la menace d’une mauvaise assurance avec le risque d’une contamination, les adeptes du oui brandissent la menace d’une chute du moral et de l’économie avec le risque de la précarité et de la violence. Comment gérer les risques ?

Dans les deux cas, la peur de mourir est présente.

La mort ? Dans le monde d’avant, nous n’y pensions pas. La vie suivait son cours. Nous ne pensions pas plus au fait que nous sommes tous reliés par l’air que nous respirons, par l’eau de la pluie, par la terre sur laquelle nous  marchons. Nous avions oublié ces liens tel un immense rhizome souterrain.  Mais nous sentions bien que sans l’autre, il est difficile de vivre ….

Pendant le confinement, nous avons touché du doigt la douleur du manque. Sentir l’air dehors comme sentir le souffle de l’autre. Et pourtant, demain, ce souffle pourrait être porteur de danger … Ce sera l’inconnu.

Oui, nous avons oublié une chose fondamentale. Nous sommes tous reliés pour le pire et le meilleur. La vie et la mort. Maintenant, il va falloir faire avec cette pensée qui génère un conflit intérieur comme extérieur.  Nous voilà face à notre besoin paradoxal. Qui va l’emporter ? Le cœur ou la raison ? Où mettre le curseur de la prudence ? Du raisonnable ?

Entre les deux, la balle de tennis passe d’un camp à un autre en s’accélérant suivant  la force de frappe des joueurs. Une énergie va circuler, l’envie, l’en-vie.

Drôle d’énergie qui nait de la force du conflit pour devenir une onde, une vibration. Elle devient une force insoupçonnée qui nous pousse à faire ce qu’on ressent au mieux pour nous. Elle devient courage. Elle devient une palpitation chaude qui monte du cœur, cette lumière qui traverse tout le corps et qui fait briller nos yeux.
Allez je le fais ! J’ai peur, mais je vais le faire, ce saut vers l’appel ! Et combien de fois pouvons-nous constater ensuite que ce saut a été salutaire, qu’il nous a rendu vivant, qu’il nous a fait découvrir un terrain de jeu insoupçonné.

Entre le monde d’avant et les jours d’après, il y a eu un entre deux qui nous a marqué. Ces deux mois de confinement où la force de l’en-vie a puisé ses ressources dans nos cœurs et dans nos raisons.

Le jour d’après nous demande de plonger dans une vie inconnue pour nous, celle du sans contact. Masqués, distanciés les uns des autres, comment embrasser la vie ? Que diront nos yeux si nous ne pouvons plus nous toucher ? Comment embrasser la vie ? Sur quelle vibration allons nous nous connecter ? Quels masques vont tomber ? Nous allons avoir besoin de courage pour les jours d’après.

Le courage va s’allier à la confiance, à l’audace. Sans contact peut-être, mais pas sans lien !

Alors, au-delà de cette question : « on sort ou on reste confiné? », n’y a t’il pas une autre voie ? Celle où la balle sort du jeu, passe au dessus des grillages rejoint les nuages en sifflant dans l’air : n’oubliez pas pendant le confinement, vous l’avez fait !  Vous aviez cru que c’était impossible et pourtant vous l’avez fait !

Pour cette dernière semaine de confinement, Question de cœur a à nouveau mis ses projecteurs sur des créations, des mouvements audacieux et courageux et a choisi ici quelques belles histoires de rencontres, d’amitié, de rêves réalisés en collectif. Je sais qu’il en existe encore tellement ….

Et j’ai la primeur de vous annoncer la création du Festival Question de cœur, le festival du film humaniste qui sera cette année virtuel, et dont nous poserons la première pierre ici le 16 Mai, journée internationale de la paix.

Plus que jamais, continuons ensemble à construire demain sans contact peut-être, mais pas sans lien !

 

– Anne Dörr –             
Fondatrice Question de coeur

L’art en image, expression de solidarité.

GIGM – Grande Image, Grand Merci. 

GIGM

L’histoire est magnifique. L’aventure GIGM est née du designer lumière Alain Lonchampt et du responsable commercial de Magnum Olivier Boissière. L’envie  de diffuser des images sur les murs des immeubles pour dire merci  au personnel soignant. L’aventure est devenue virale,  et donne naissance à un collectif d’artistes d’images d’abord, des photographes, des graffeurs, des graphistes, puis des compositeurs, des techniciens qui créent et alimentent la chaîne Youtube, des amis pour diffuser de chez eux sur le mur d’en face. Tous sont reliés  une même valeur, la reconnaissance. Toutes les images et les musiques composées pour l’occasion sont sur la page Facebook G.I.G.M.

De Paris à Strasbourg en passant par Cannes Mandelieu, rendez-vous dimanche soir pour la dernière.

Souhaitons à cette aventure de continuer autrement.

Par nos fenêtres.

L’idée est amusante. Benoit Quinon lance un appel à ses contacts Facebook de demander à chacun de filmer quelques secondes de son intérieur jusqu’à la fenêtre. Que voit-on dans nos vies de confinés ? Que dit ce temps qui passe ? Il en fait un montage et voilà toutes les vies intimes reliées dans ces petits films. Ces images aux accents poétiques aujourd’hui seront nos archives de demain. Silencieuses aujourd’hui, que nous diront-elles demain ? Quel regard poserons nous dessus ?

L’art en chanson, expression de solidarité

« Si vous nous aidez »

Gilbert Montagné a cette faculté évidente de voir dans le coeur des gens.

« Si vous nous aidez » a été le cri du coeur des personnels hospitaliers mais il fallait un relais, des voix pour le dire à leur place et se faire entendre. Gilbert Montagné s’en est chargé avec cette chanson chorale dans laquelle il a mis tout son enthousiasme et sa joie de vivre. Les paroles sont de son complice, Didier Barbelivien. Une chanson à l’image paradoxale d’être confiné et pourtant d’être ensemble. Tous les droits d’auteur seront reversés aux hôpitaux de France.

Son merci est viscéralement le sens de notre documentaire en 2017. Merci à la vie, merci à l’amour.

Retrouvez la vidéo sur le groupe Facebook Les fans de Gilbert Montagné.

 

L’art et l’amitié,  expression de solidarité  

1. De la rue à la scène

La première association sur laquelle nous avons posé nos projecteurs lors de ce confinement est  De la rue à la scène.Avec Yves pontonnier. Le travail de scène et de création de spectacle avec les sans abris s’est arrêté pour laisser place à des maraudes et des soins dans la rue. Cette association a toujours autant besoin de nous.

Plus d’information sur leur page Facebook De la Rue à la Scène.

2. Women Resist – le 3 mai

Face aux violences conjugales, et encore plus particulièrement en cette période de confinement, s’est ouvert pour 4 jours, le #WomenResist. Cette action est née du confinement. Il s’inscrit dans un mouvement plus grand, Génération Egalité en collaboration avec l’ONU FEMMES France.

Sur la page Facebook, des artistes et des personnalités s’engagent et partagent leur savoir faire ou leur point de vue. Ce mouvement est porté entre autre par Véronique Polomat. Elle a été interviewée par Marie-Josée Abraham dans Brume de capelans.

La chanson « la grenade »  a été proposée par Sarah Morazé Chaignon.

Patrice Mercier est venu apporter sa contribution avec un texte bouleversant de sa création, Les trépassantes, sur une musique de Brassen.

Merci à tous de cette belle chaîne humaine, un appel pour le respect de toutes et tous.

« La nuit a des yeux par millier et le jour n’en a qu’un,
pourtant le monde perd toute clarté quand le soleil s’éteint…

L’esprit a des yeux par millier et le cœur n’en a qu’un,
pourtant la vie n’est qu’obscurité quand l’amour s’éteint. »

– Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire –

 

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Retrouvez toute l’actualité Question de coeur sur Facebook !

N’hésitez pas à partagez vos coups de coeur sur notre page Facebook Question de coeur ou notre groupe Facebook Question de coeur.

Question de coeur Facebook

« Prends soin de toi ! » – 5 coups de coeur culturels à la découverte de cette expression.

« Prends soin de toi ! » – 5 coups de coeur culturels à la découverte de cette expression.

« Prends soin de toi ! » – 5 coups de coeur culturels à la découverte de cette expression. 

« Prends soin de toi ! »

« Take Care » 

Quand j’étais adolescente et que je recevais des lettres de mes nouveaux amis anglais suite à des voyages linguistiques, j’étais surprise par le « Take care » à la fin.

J’entendais ce Prends soin de toi comme Ne sois pas malade. Je préférais largement les bisous et autres formules de conclusion plus chaleureuses.

Plus tard, en France, quand quelqu’un m’écrivait Prends soin de toi, et s’il n’y avait pas de soucis de santé dans mon environnement, je l’interprétais souvent comme une mise à distance réalisée avec douceur, sous entendue, je ne serai plus près de toi, je ne veillerai plus sur toi alors prends soin de toi ! Et je ressentais à travers cette expression toute la douleur de la séparation. On peut dire que malgré la bonne intention, l’effet premier était raté ! Il allait falloir traverser la douleur de l’éloignement, d’un autre moment, un moment sans l’autre.

Le manque de soin, d’attention ou d’amour que nous avons tous pu ressentir dans notre enfance, nous crée des croyances, des projections dans nos vies d’adulte fissurées. Elles sont nos dragons, nos obstacles pour aller vers le plus profond, le plus beau de chacun d’entre nous.

Prends soin de toi ! A toi de prendre soin de toi-même et de continuer à avancer seul.e.

Aujourd’hui,  cette phrase, nous nous la disons très souvent avec son sens premier : prends soin de ta santé, il y a des dangers.

Mais alors au fond, n’aurait-elle alors une multitude de sens ?

Si on évoque le mot santé, on pense système de santé, malades, médecins, médicaments, techniques scientifiques prouvées et expliquées, dans lequel aujourd’hui notre confiance est très limitée. Il faut dire que cette pandémie a accentué la brèche du sujet de la confiance entre le système de santé et les citoyens. Les disputes entre les différents  scientifiques mettent en lumière les conflits d’intérêts. L’état dégradé, et maintenant au grand jour de notre système de santé, nous appelle à soutenir tous les soirs le personnel de santé courageux par nos applaudissements. Nous partageons avec eux cette confiance brisée.  

Et si on osait évoquer l’expression bien-être ? Après une douce expiration qui suit la lecture de ce point d’interrogation et qui pose l’image du bien-être quelques secondes au fond de nous comme un rêve, un sentiment de repos du guerrier,  repos recherché, l’inspiration suivante devient interrogation et le « oui, mais » s’installe au début de toutes les phrases.  Oui mais, avec quelles preuves scientifiques tu peux affirmer cela ? Oui mais, sur qui tu vas tomber, il y a beaucoup de charlatans, non ? etc… Le bien-être est difficile à expliquer, à rationnaliser, il touche l’esprit, le psychisme et se vit de façon culturelle et expérimentale. Et comme nous sommes tous différents, oui le bien-être a sa part d’inconnu.Il peut faire du bien, comme du mal. A qui faire confiance ?

Prends soin de toi !

Et voilà qu’aujourd’hui nous parlons du care. Ce mot anglais tombé dans notre langage courant ici en France,  évoque une image plus globale. Etre dans le care, c’est  adopter une multitude de pensées, d’actions comme manger sainement, bouger, lire, s’intéresser aux autres, à notre environnement… à nos liens avec la planète et l’univers… Est-ce celui de l’expression Take Care ?

Alors dans cette période où nous commençons à penser aux jours d’après, cette expression Prends soin de toi, prend un sens aussi plus personnel, celui du courage.  

Le confinement en nous invitant à un face-à-face avec nous même, nous pose aussi en face-à-face avec des sujets qui nous touchent profondément. Ils deviennent le centre de notre attention. On lit, on ressent puis on commente. Nos prises de positions nous connectent à notre existentialisme, nous nous sentons en vie et utiles. Parfois nous allons plus loin, les sujets deviennent source d’inspiration et donnent naissance à de nouveaux projets. Ce moment fait vibrer nos cœurs.
On se relève de l’épreuve et on marche ! On avance et on offre ! On s’offre …
Par le don du coeur, on se met en contact avec un autre, instant fragile, instant précieux, qui demande de la confiance. Avec quel fil sera cousu cette relation de confiance?

Prends soin de toi !

Cette expression serait-elle un souhait de début ou de fin de corrrespondance ? Un top départ à se dire à soi-même chaque matin en cette période de confinement ? Un temps de connexion ? Celui de quelques respirations, pour se sentir encore plus proche de notre nature profonde et de la nature luxuriante du printemps ? À la fin de notre correspondance, serait-elle une marque d’amour à l’autre ? Je tiens à toi, à qui tu es ! 

Et si elle était avant tout un souhait de confiance ?

Dans tous les cas, cette expression, Prends soin de toi ! symbolise le lien, la reliance et peut-être la résilience. Par là même, elle est une invitation au bonheur et à la joie ! ….  

– Anne Dörr –

Cette semaine sur Question de Coeur

Mardi 21 Avril

S’inspirer pour mieux s’exprimer !

Avec cet article, Déconfinez-vous ! Lisez bordel ! Denis Garnier, bloggeur,  lance en une image une prise de conscience. Lisez ! Prendre soin de soi, c’est non seulement un mouvement, celui de se relever pour avancer  vers belles découvertes mais peut-être simplement celui de se lever, comme une première fois à sa propre découverte.

A lire sur : www.denisgarnier.blog

Mercredi

Le 22 avril est la journée internationale de la terre.  Cet évènement fondé par le sénateur américain Gaylord Nelson avec l’UNESCO a été célébré pour la première fois en 1970 pour encourager les projets des jeunes sur la préservation de la terre.

 

Dans la foulée, ce vendredi 24 avril, les jeunes ont recommencé leurs actions de Marche pour le climat d’avant Covid-19, cette fois de façon numérique. On ne lâche rien ! Prenons soin de la terre.

 

Le choix de ce clip est un choix personnel à la fois pour saluer la persévérance lors de nos combats et les unions sacrées qui donnent la force et la vie à travers la plus belle des beautés, l’amour.

 

Jeudi

Pour célébrer la terre, voici une invitation à se plonger dans la mythologie et découvrir l’histoire de Gaïa, la Déesse Terre avec un article de Le Savoir Perdu Des Anciens.

Gaïa est née de Chaos, (et non du Chaos) lui-même ni Dieu ni homme, et elle n’avait aucune tolérance pour les membres cruels de sa famille. 
Tiens, tiens,
Intéressant ! 

J’aime cette lecture du sens de la vie, une lecture entre les lignes…

Deese Gaïa - déesse nature - Pixabay

A lire sur : www.lesavoirperdudesanciens.com

Vendredi

Paroles de Farfelus.  Ce podcast pour jeune public est né pendant le confinement et dans ce 5 ème épisode, la famille des Farfelus rend hommage à un arbre de 300 ans, bien sûr en chanson…

« Notre planète est vraiment chouette, il faudrait être bête pour pas qu’on la respecte »

Une création de Laure et Franck Desbre – Paroles de Farfelus.


Samedi

Pour aborder le confinement la tête dans les nuages, et à l’initiative du Dj-producteur Molécule, un collectif d’artistes a créé une compilation d’ambiant électronique « Music for Containment ». L’inspiration ne vient-elle  dans un moment de rêveries, de voyage ?

Cet album né dès les premiers jours du confinement est un double cadeau. Pour chacun, cette compilation de musique électronique douce et inspirante est une invitation à un voyage intérieur, aux songes et à la contemplation des beautés du monde. Un cadeau qui fait du bien.

Cet album est aussi un cadeau participatif des artistes dont Dominique Dalcan à la Fondation de France pour la recherche contre le Covid-19. A chaque achat ou chaque clic, les fonds reviendront à la fondation. Ils ont créé, nous cliquons.

Cet album a tout de suite été n°1 sur les playlists de Radio France et d’Apple Music.

Découvrez toute la collection de musique sur : www.fip.fr, Youtube Music, Deezer. Spotify.

Suivez-nous !

Retrouvez toute l’actualité Question de coeur sur Facebook !

N’hésitez pas à partagez vos coups de coeur sur notre page Facebook Question de coeur ou notre groupe Facebook Question de coeur.

Question de coeur Facebook

Des oeuvres et des liens – 5 jours de découvertes.

Des oeuvres et des liens – 5 jours de découvertes.

Des oeuvres et des liens,
5 jours de découvertes.

« Si tu m’apprivoises…  je serai pour toi unique au monde et tu seras pour moi unique au monde »

– Antoine de Saint Exupéry – 

Créer des liens… Pourquoi ?
Parce que c’est une question de cœur !

Quand j’ai créé l’association et sa page Facebook, je rêvais de créer juste un centre, une boule d’énergie faite de nos énergies conjointes et d’où partiraient des rayons lumineux que nous apportent la culture et les arts. Chaque rayon serait la contribution des uns et les avis des autres à partir de sujets culturels et artistiques qui éclaireraient mutuellement tous les points réunis, c’est à dire nous, au centre du cercle par un mouvement d’aller et de retour, donner et recevoir.

Ce soleil est arrivé cette semaine pour la première fois et j’en suis profondément heureuse. J’ai reçu de vous beaucoup de contributions, de liens, de cadeaux, de propositions culturels ou artistiques ou d’inspirations d’œuvres ciblées Question de cœur. Merci. 

Même si j’ai encore relayé certains articles avec mes mots, tous les choix viennent de vous, d’un autre que moi.  Cet autre qui a eu envie de mettre un coup de projecteur sur une œuvre, parce qu’elle apporte une lumière, un point de vue, quelque chose à partager, parce qu’elle nous fait nous poser des questions.  Parce que c’est une question de cœur.

Les œuvres viennent de tout horizon, nouvelles ou porteuses d’histoire, écrites ou en musiques, parlées ou dessinées, elles ont juste ici un point commun, elles nous parlent de nos besoins d’être en relation avec l’autre.

Après des années basées sur la recherche de la force, et de penser que l’autre peut nous aider, la relation se dévoile en ce moment dans sa fragilité. Elle met à nue notre vulnérabilité et celle de l’autre, et nous voilà avec les deux faces de cette énergie. Etre en lien avec un autre est une vibration qui peut être à la fois lumineuse, fragile comme destructrice. Rien ne peut vivre sans son contraire, mais nous pouvons choisir ce que nous voulons faire de ce lien au moment où, monde étrange que celui d’aujourd’hui, où l’autre nous manque terriblement, où l’ouverture au monde se réduit à des fenêtres souvent numériques, nous le questionnons en étant tenu à distance de l’autre…

Comment réinventer nos relations ? Celles de demain alors que nous sommes encore dans le confinement ?
Les questions de l’après commencent à remplir nos colonnes dans les réseaux sociaux, et nos boites mails… 
Quelle relation, la plus profonde, la plus puissante avons nous créé avec l’autre ? Et quelle sera celle de l’avenir ensuite ?

En espérant que ces œuvres proposées ici puissent vous inspirer par ce qu’elles nous racontent, et être les chevilles ouvrières des liens de cœur.

Cette semaine sur Question de Coeur

Samedi 11 Avril

Samy Kallel a ouvert le bal avec l’interview de l’écrivain italien Paolo Giordano à écouter sur France culture.

La relation à l’autre est au cœur de ses œuvres, de son dernier livre :  dévorer le ciel.  Il la questionne par l’angle de l’utopie.
Qu’est ce qu’on en attend ? Qu’est ce qui s’y révèle ? Notre vulnérabilté ? Nos désirs ? Une projection ?… Comment peuvent-elles se construire ? Ou pas ? Paolo GiordanoPaolo Giordano n’y va pas par 4 chemins, tout en le fleurissant de belles images et d’émotions. La littérature le permet… Il met en avant ce mouvement entre l’autre et moi, ce mouvement qui est en train de se modifier par la crise mondiale du coronavirus. Habité par ce sujet, il vient de publier Contagions, un coup de poing sur l’urgence de repenser notre société après le confinement .

Comme il le dit lui même, les auteurs ont sûrement un rôle à jouer sur cet éclairage.

La parole cette semaine sera donc aux auteurs….

A écouter sur : www.franceculture.fr

Lundi

Jean Edouard Grésy, auteur et anthropologue,  expose dans ses œuvres une autre vérité  quelque peu oubliée : le don et le contre don. L’échange n’est sûrement pas là où on croit et dans le sens qu’on espère… et si la relation s’inscrivait en triangulaire ? Voire plus ? Chacun de ses livres raconte des histoires différentes.  Entre l’angle de l’anthropologie pour « La Révolution du don« , et de l’histoire romancée pour la BD « Donner, c’est recevoir – La mécanique du don« , dans tous les cas,  ces lectures sont des chemins de découverte.

Suffira t-il d’huiler cette mécanique pour espérer que la machine des relations harmonieuses reparte ?

Mardi

Le lien, c’est aussi des rites et des mots magiques comme bonjour ou merci.


Merci à Valérie Kretty de ce cadeau, de ce clin d’œil. Cet extrait d’une énergie de joie débordante nous a donné envie de revoir Chantons sous la pluie de Stanley Donen avec Gene Kelly et Debbie Raynold.
Retrouvez l’extrait  du film sur www.rtl.fr.

Le merci continue à s’imposer à nous tous les soirs à 20h. tout est dit dans les images. L’art nous rempli le cœur.

Ce premier lien a été partagé par Alain Longchampt.
GIGM-Grande Image Grand Merci from Oscar Boissière on Vimeo.

Et ce second par Mikou Rootsboy.  Et Merci à tous ceux qui travaillent !

Mercredi

Le lien, c’est aussi une quête. Il s’inscrit dans des rituels qu’on s’invente et qui crée la singularité exceptionnelle de  la relation avec l’autre… Mais ce lien est aussi fragile, il s’étire et se fracture si on n’en prend pas soin… On ne s’en rend souvent compte que quand l’absence est venue envahir nos coeurs…. comme le raconte Antoine de Saint-Exupéry dans  Le Petit Prince.

« C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante… »

Didier, de Nice, nous a incité ce jour à ressortir  ce conte du fond de notre bibliothèque et apparemment nous avons été nombreux à répondre à cette invitation, un plaisir rayonnant, un plaisir partagé !

Le Petit Prince – © Folio

Retrouvez les 10 citations inspirantes du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry  – paru dans Vogue.fr

Les contes, les légendes et les fables ont toujours eu un rôle important dans la compréhension des mystères de la vie. On ne peut pas tout comprendre, et l’humilité nous amène à réfléchir ce qui veut dire, fléchir à nouveau, mettre un genou à terre.
Voici une très jolie fable écrite par François Patissier et mise en musique par Albe.
Est-ce que la conscience de nos actes peuvent nous aider à nous relever ensemble… ? Tel est mon vœu.

Jeudi

Réaliser ses rêves demande souvent un petit coup de pouce de l’extérieur, de l’autre, surtout quand il faut faire exploser des principes désuets.

Culottées , cette série en dessin animé diffusée sur France TV, écrite par Pénélope Bagieu, met en avant 30 femmes « Culottées » qui ont osé changer les codes de la société dans laquelle elles vivaient. Elles ont osé passer du statut d’invisible à visible, souvent aidées par des mains invisibles… Voici 30 petites histoires qui racontent cette épopée.

Merci à Isabelle Layer qui chaque semaine fait rayonner ici quelques pistes sur la façon de trouver l’énergie et les idées pour avancer dans la réalisation de ses rêves.

On ne lâche rien, n’est ce pas Isabelle ?

Retrouvez la série Les Culottées sur France.tv  

Vendredi

On a commencé avec Samy Kallel et  on finit avec Samy Kallel qui nous propose une approche philosophique avec  Alexandre Kouchner et son invitée Marie Robert dans ce podcast de L’ADN, le shift.
30 minutes d’échanges  autour de sujets fondamentaux comme notre besoin d’alignement en face de celui de notre besoin des autres, de la force de l’altérité et du dialogue.  Entre ce moi et cet autre, que se dit-il? En tant qu’enseignante, Marie Robert aborde aussi sa relation numérique avec ses élèves. 

En conclusion, je reprendrais l’introduction d ‘Alexandre,

« A nous de ne pas faire de ce confinement un temps mort, mais un temps vivant, un temps vibrant. »

Bon week end, bon week end de Pâques pour ceux qui les fêtent, aux vibrations de toutes ces ondes !

Suivez-nous Question de Coeur sur les réseaux sociaux !

Retrouvez toute l’actualité Question de coeur sur Facebook !

N’hésitez pas à partagez vos coups de coeur sur notre page Facebook Question de coeur ou notre groupe Facebook Question de coeur.

Question de coeur Facebook

5 coups de projecteur en toute intimité

5 coups de projecteur en toute intimité

5 coups de projecteur en toute intimité.

L’intimité, ce lieu où nos ombres nous racontent d’autres histoires…

Il existe des moments où notre ombre nous échappe.
A l’image de Peter Pan qui a perdu la sienne, il est impossible de retourner au pays Imaginaire…

On croit connaître notre ombre, reflet exemplaire  et image fidèle que nous avons construits, et pourtant, dans l’intimité, elle est devenue autre, libre. Elle a réussi à reprendre ses droits. Elle s’envole et devient insaisissable. Son absence est intolérable. Peter Pan a besoin d’elle. Rattrapée dans la chambre des enfants, il recoud leurs déchirures et danse avec elle.

Question de coeur - printemps 2020

Cette semaine sur Question de Coeur

L’intimité comme cadre de nos histoires personnelles m’interpelle. Nous qui y sommes confinés depuis 19 Jours, que se passe t-il dans nos vies ? Dans nos cœurs ?

Alors, je l’ai invitée comme « thème de la semaine » dans les coups de projecteurs de Question de cœur :

Lundi

Les 1001 - La fabrique SpinozaSymboliquement, ce jour reste celui de la reprise du boulot. Le think-tank, La Fabrique Spinoza s’est montée sur ce concept : recoudre des déchirures et remettre l’humain au centre du système économique.
Il y a 10 ans, parler de bien-être au travail était un sujet tabou. Pas scientifiquement prouvable, pas économiquement éprouvable. Il était du domaine des utopistes, il parlait de l’intime, donc de l’intimité…. Comme pour tout, il faut du temps, que la terre tourne, que l’ombre laisse place au soleil pour éclairer les intentions et les motivations de certains directeurs, entrepreneurs, RH…
Aujourd’hui, la Fabrique Spinoza s’est développée, elle a ouvert plusieurs départements et porte des projets de façon systémique avec d’autres filières comme la santé, l’éducation et les arts et la culture…

A visiter : www.les1001.org

Mardi

L’intimité. Que réveille t-elle d’intime au fond de nous ? De nos souvenirs d’enfance, de nos blessures ? Des abandons et des manques d’amour ? Des systèmes de défenses sur lesquels nous nous sommes construits et dont nous nous arrangeons bien par la suite, consciemment ou pas ? Qui sommes-nous une fois adulte ? Comment agissons-nous ?

The new pope - série TVThe Young Pope puis The New Pope, nous plonge dans cet univers désordonné en apparence. Juste en apparence. Les papes, Pie XIII, interprété par Jude Law pour la première saison, puis Jean Paul III , par John Malkovich pour la deuxième, dirigent l’église catholique… mais gouvernent en fonction de leur construction psychologique. Le ton du lien entre intimité et pouvoir est donné. Cette question universelle du lien entre ces deux états est traitée ici sous forme d’ambiance, d’ atmosphère dans lesquelles on se plonge pour se laisser dérouter. Tout est sublime et dérangeant, le beau côtoie le pire. Tout est suspendu, comme la respiration de Pie XIII plongé dans le coma et en respiration artificielle. Chaque plan est symbole, symbole de nos univers, symbole de nos quêtes silencieuses. Seuls des dialogues subtils et questionnants fracturent le silence, qui fracturent tout autant les certitudes et les habitudes. Seule une musique électro pop met en mouvement des corps déchaînés en quête d’amour… Et si cette série nous était donnée à voir comme un miroir, mon beau miroir, dis moi si….

Retrouvez plus d’information sur la série Young Pope ici

 

Mercredi

Journée des enfants, je parlais de Peter Pan dans mon introduction, voici une occasion de voir en famille la pièce de théâtre « Peter Pan et le pays imaginaire » écrit par Jessica Goldman et Jean Michel Dagori.

Comment survivre à une situation nouvelle et traumatisante ?

"Les contes de fée n'apprennent pas aux enfants que les dragons existent. Les enfants le savent déjà. Ils leurs apprennent que les dragons peuvent être vaincus." 
- G.K. Chesterton -

Où trouver la force, le courage, l’impulsion pour recréer un équilibre vivable ?

Ces questions sont au coeur de leur pièce de théâtre.Peter Pan Ici les auteurs ont pris l’oeuvre originale sous l’angle d’un roman pour orphelin. La résilience viendra par l’imaginaire, par la capacité à affronter les douleurs et les peurs dans un monde où tout est possible : voler, prendre un bain de soleil avec des sirènes et même vaincre le terrible capitaine Crochet! Mais tout seul c’est difficile, heureusement nous avons tous autour de nous une petite fée Clochette, il suffit de bien regarder et de dire que l’on croit aux fées.

Sur son post, Jessica a conclu avec cette phrase : « Chaque fois que que quelqu’un dit « je ne crois pas aux fées » une petite fée meurt. Mais si on tape fort dans ses mains en disant « je crois au fées » , nous avons le pouvoir de la faire revivre » – JM Barrie.
Mais chut, c’est un secret d’enfant …

Retrouvez la pièce de théâtre « Peter Pan et le pays imaginaire » sur youtube. 

Jeudi

Et c’est bien là que nous amène la journaliste Isabelle Layer avec sa série de Podcast, Viser la Lune, aller explorer nos rêves … Tout a commencé par son propre rêve,  aller à la rencontre d’une personnalité connue ou pas,  lumineuse en tout cas, et la faire parler de ses rêves, de ce qui lui a donné l’envie d‘être qui elle est aujourd’hui, de faire ce qu’elle fait … Comment a t-elle combattu les dragons rencontrés sur les chemins. Cette série  nous fait partager l’inimité de Pascal Legitimus, de Marianne James, Jarry, Philippe Croizon et de la belle Labajon, entre autre…

Ecouter cette collection de podcast ne peut qu’être inspirant et encourageant. Un rêve qui rencontre d’autres rêves, voici une lune entourée de quelques étoiles.

Retrouvez tous les podcasts sur www.viserlalune-podcast.com

Viser la Lune - Isabelle Layer

 

Vendredi

Et pour finir la semaine,  une note d’humour. Patrice Mercier nous fait partager sa fête  d’anniversaire  en toute intimité de confiné…..

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Retrouvez toute l’actualité Question de coeur sur Facebook !

N’hésitez pas à partagez vos coups de coeur sur notre page Facebook Question de coeur ou notre groupe Facebook Question de coeur.

Question de coeur Facebook

Cycle, Sens et Beauté

Cycle, Sens et Beauté

Cycle, Sens et Beauté

« Les fleurs du printemps sont les rêves de l’hiver racontés, le matin, à la table des anges. »

– Khalil Gibran –  
Poète et peintre libanais.

Chers amis,

Avant tout, je vous espère, vous et vos proches,  en bonne santé et protégés, soit chez vous, soit au travail équipés de protection. Je ressens une immense gratitude pour tous ceux qui travaillent.
Si vous avez reçu notre dernière newsletter, c’est parce que vous avez contribué à mon film «Fraternité, sur les pistes en Outre-Mer»,  ou bien,  tout simplement parce que le mot fraternité résonne au fond de vous comme au fond de moi. Aujourd’hui, bien autrement qu’après les attentats, il prend tout son sens.
Si vous avez reçu notre newsletter, c’est aussi parce que vous aimez la culture et tout ce qu’elle apporte à la société comme lien, comme force et comme beauté à la vie. Pour ceux qui n’aurait pas reçu notre newsletter ou ne sont pas encore abonnés, retrouvez ci-dessous le contenu de notre dernière newsletter de Mars.

La culture est source d’inspiration.

Elle peut dès aujourd’hui, et surtout dès demain,  apporter ses lumières à notre vivre ensemble  qui enchaîne déstabilisation sur déstructuration. La culture peut et pourra apporter son ciment sur de nouvelles fondations à travers ses valeurs. C’est son rôle et beau rôle. Donner du sens, sans dogme.  Une œuvre parle à nos émotions, se pose en interrogation, nous entraine dans ses mystères ou nous élève par sa  beauté. Alors, plus que jamais et pour préparer demain, la suite du cycle enclenché par ce printemps, il me semble important de partager, de faire vivre l’espoir inscrit dans certaines œuvres  qui existent de par le monde. Il y a tellement à raconter, voire à transmettre…

Question de cœur depuis 2 ans maintenant,  partage avec vous des œuvres d’art, des évènements culturels qui nourrissent nos cœurs, nos esprits et nos âmes.
Les œuvres vivent des cycles elles aussi, elles éclairent puis tombent dans l’oubli, puis renaissent, d’autres sont laissées de côté et naissent bien des années après, chacune leur histoire singulière… Mais tout ce qui fait sens aujourd’hui doit être mis en lumière et nous sommes tous des acteurs  de ces cycles.

Pourquoi cette newsletter aujourd’hui ?

Parce que nous sommes à mi-chemin entre deux symboles forts de renaissance. Il y a deux jours, c’était le premier jour du printemps,  dans deux jours, ce sera la nouvelle lune… Oui tout peut renaître, à nous de choisir ce qu’on veut faire renaître.

Au commencement était le souffle disent tous les « grands livres »,  plus prosaïquement, on dirait aujourd’hui, nos pensées sont créatrices. Et toute œuvre culturelle donne une forme au souffle de vie. C’est une in-formation.
Voici les œuvres partagées cette semaine sur le groupe Facebook Question de cœur ainsi qu’un article de notre dernière conférence sur le bien-être au travail au Sénat avec Stéphane Artano.

Deux suggestions de la semaine ont été source d’inspiration pour Marie Josée Abraham, animatrice de l’émission « Brume de capelan » sur SPM la 1ère, radio publique de Saint-Pierre et Miquelon. Je suis profondément heureuse de ce pont en ondes avec l’archipel ultra-marin.
Deux auteurs ont été interviewés par téléphone. Valérie Fourrier Malavergne pour son livre texte et photos sur la danse  « Echappées in the street »  et sa passion des huiles essentielles, et Patrice Blanc-Franquard pour son livre « Dictionnaire amoureux du Jazz ».

N’hésitez pas à venir sur le groupe Question de cœur de Facebook, et de faire part d’œuvres ou d’évènements lumineux à cette petite communauté, qui peut-être fera suivre elle aussi. Tel est le sens du cycle,  inspiration, expiration…le sens de toute vie.
Merci à tous les contributeurs.
Prenez soin de vous, en plus des gestes barrières, n’oubliez pas de respirer profondément tout en douceur, d’ouvrir votre cage thoracique en bougeant vos bras, faites travailler vos poumons pour renforcer leur système immunitaire. Nous avons cette possibilité, de nous occuper de notre santé.

Je vous souhaite de garder la vitalité de toute création au fond de vos cœurs en ce nouveau printemps, il y a un avant, il y a un présent, il y a un après.

Douces pensées.

– Anne Dorr –
Fondatrice de Question de Cœur

Perspectives 2020 – Et si on changeait de point de vue ?

Perspectives 2020 – Et si on changeait de point de vue ?

Perspectives 2020  – Et si on changeait de point de vue ?

Poser un autre regard sur des œuvres, sur des évènements culturels et artistiques et découvrir de nouvelles perspectives.

Ce mois de Décembre restera gravé dans la grande histoire comme dans nos petites histoires. Il a été et est encore une période douloureuse et conflictuelle … Et c’est peut-être pas fini !
Nous aurons tous été impactés par les grèves et leurs conséquences,! Nous avons passé notre temps à changer nos emplois du temps, à nous adapter, à trouver comment faire autrement … Les mails  qui tombaient les uns derrière les autres annulant ou reportant nos projets et nos rendez sont un sacré symbole !
Les intempéries du Sud Est puis du Sud Ouest de la France et leurs conséquences ont été violentes, répétées. Elles ont rendu un trop grand nombre de personnes sinistrées et dans l’abandon aujourd’hui. A un moindre niveau, j’en ai été personnellement secouée.
Et puis, j’ai eu un accident, cheville cassée, opération,  immobilisation, rééducation etc… tout mon emploi du temps a été brusquement contrarié, bouleversé… et cela a eu des conséquences sur mes collaborateurs.
Tout pour être en colère contre la terre entière…

Et pourtant,  si on changeait de point de vue ?  Le monde change bien lui…  

Faisons juste 3 mètres ou traversons un couloir pour aller prendre un verre chez notre voisin. Regardons par la fenêtre ! Qu’il habite juste à côté, en dessous ou au dessus, la vision du quartier qu’on croyait connaître par coeur n’est plus la même …

Quittons la position verticale pour nous allonger sous ces arbres,  le temps de les regarder… d’admirer cette couronne au dessus de notre tête… Photographiés ici en contre plongé avec, je pense, un objectif qu’on appelle grand angle, ils semblent immenses et la perspective donne l’effet qu’ils se rapprochent et qu’ils dansent dans un cercle. Cette photo a eu un succès fou sur mon face book. Comme quoi, tout est point de vue.

J’ai eu envie de vous parler de ce sujet, du point de vue, parce que je sens combien l’injonction de lâcher, lâcher prise est difficile pour beaucoup d’entre nous. Lâcher pour quoi ? L’incconnu ? ça peut faire peur…
Changer de point de vue, c’est juste changer de place, se poser sur une autre place. Traverser un espace ou un temps,  bouger, écouter…  Regarder autrement et découvrir une nouvelle perspective…   Et ces moments déstabilisants sont propices à bouger,  il peut se créer un autre champ de vision. Profitons-en !

Ce serait banal de dire que ces moments de galères sont souvent ceux qui voient éclore une solidarité forte,  des amitiés naissantes ou des idées novatrices. On le sait et on l’oublie… Et pourtant c’est tellement vrai ! D’un seul coup,  d’une autre place, on voit l’Autre,  on le voit autrement.  Je remercie du fond du cœur tous ceux qui m’ont apporté leur soutien, leur amitié voire même leur amour. J’ai découvert une équipe formidable, autonome… et moi, je me sens déjà tellement  plus forte. Quel cadeau ! Merci

L’association Question de coeur est née sous le signe de la fraternité, avec notre documentaire à Stéphane Artano et moi, alors plus que jamais, continuons sur cette lancée.
Continuons à partager des œuvres et des évènements culturels qui mettent en avant la solidarité en toute consciente, la reconnaissance de l’autre,  la fraternité. Ces oeuvres sont sources d’inspiration pour tous.

Les pages Facebook vous appartiennent dès que vous voulez partager quelque chose, sur notre page Facebook ou notre groupe Facebook Question de coeur

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année en découvrant ou en multipliant vos points de vue sur la vie.

Je vous souhaite d’oser aller vers d’Autres perspectives.

Anne Dorr,
Fondatrice de Question de Cœur

La puissance créatrice

La puissance créatrice

La puissance créatrice

Ces derniers mois ont été marqués par des mouvements d’une grande puissance sur la reconnaissance des violences faites aux femmes.

D’abord ce Stop qui s’est affiché en toutes lettres sur la paume de la main tendue vers l’autre.
Puis la puissance de cette vidéo des femmes chiliennes aux yeux bandés qui chantent et dansent ensemble sur le thème, le coupable, c’est toi !
La puissance des réseaux sociaux qui, en un temps très court, ont réuni des femmes dans  le monde entier de Paris à Sidney, en écho aux femmes chiliennes.
La puissance d’une prise de conscience de ce qu’est la violence et qui en déboussole plus d’un…

Sexe faible contre sexe fort ?

Un jour, lors d’une ènième discussion sur le masculin et le féminin, un homme m’a mis le doigt sur une autre  réflexion qui va changer ma conception de ce couple d’énergie,  féminin /  masculin.

Quelle différence entre la force et la puissance ?

Au delà des débats du féminin et du masculin,  oh combien importants et primordiaux pour la construction d’un monde plus juste,  je regarde la puissance d’une action. Je m’attarde sur cette énergie qui recoupe  la force d’un flux et son rayonnement….

Par mon métier de réalisatrice, je sais que ce qui me met en route, ce qui attire mon envie, c’est la puissance !

La puissance des images

Voici 2 artistes différents dans le style, proches dans le fond, dont la puissance de leurs images en dit bien plus que certains discours.
Ils ne se connaissent pas, et pour tous les 2, le black Friday a été source d’inspiration pour eux….

Jace – les Gouzous

Street artiste de la Réunion, Jace, dont les Gouzous ont débarqué à Paris ce vendredi 29 novembre dans le 13 ème arrondissement à la galerie Mathgoth pour affronter ensemble « La crise… de rire ».  Ils vous y attendent jusqu’au 11 janvier 2020.

Le message se passe de mot.

Informations pratiques

JACE ⋅ La Crise  …de Rire !
​Le Gouzou revient à la galerie Mathgoth pour une nouvelle exposition. Après nous avoir parlé d’amour en 2017, Jace explore notre situation économique, mais toujours avec humour et dérision.

  • Dates & Horaires :
    Du 29 novembre 2019 au 11 janvier 2020.
    Du mercredi au samedi de 14 à 19 heures.
    Sinon, sur rendez-vous.
  • Lieu :
    Galerie Mathgoth
    34, rue Hélène Brion
    75013 Paris
  • Information :
    www.mathgoth.com

Jean Lecourieux-Bory

Photographe metteur en scène, Jean Lecourieux-Bory continue à exposer ses photos insolites et dérangeantes des séries « Petits patron » et « Les aventures de Mr mouton » à Vichy et vous attend dans sa boutique de Bourges.